top of page
Rechercher

Pourquoi l'activité physique et la santé mentale, c'est une histoire sur le long terme

Dernière mise à jour : 26 juin 2023

Et si bouger au quotidien, on ne le faisait pas pour une bonne santé cardiaque, pour éviter d'avoir un cancer ou encore pour l'envie de perdre du poids* mais tout simplement pour être bien mentalement.


L'activité physique, une alliée pour votre santé mentale


Depuis 2020, les français ont pu se confronter à des situations malmenant leur routine.

Pandémie, masques, vaccin, confinement, télétravail, attestation de sortie, interdiction des espaces publics si cas contact ou encore positif ou non vacciné, arrêt des sorties associatives (sportives et culturelles) puis reprise très progressive avec son cocktail anxiogène (dérèglement climatique, crise énergétique et sociale).

Leur santé mentale en a pris un coup 🥊


dp_sante_mentale_et_psychiatrie_-_3_mars_2023
.pdf
Download PDF • 650KB

"Plus d’un quart des français consomment des médicaments pour le mental (1)."


"Au mois de décembre 2022 (vague 36 de l’enquête COVIPREV de Santé publique France du 5 au 9 décembre 2022), un tiers des personnes interrogées présentaient un état anxieux ou dépressif et une personne sur dix déclarait avoir eu des pensées suicidaires dans l’année" (1)



Avant de poursuivre, il est reconnu par la Haute Autorité de Santé (HAS), dans ses derniers guides et recommandations sur la prescription d'activité physique, que l'activité physique doit être évoquée comme un traitement avant tout traitement médicamenteux pour des patients souffrant de dépression légère à modérée (2)


"Parlez-en à votre médecin"


"Chez les patients atteints de dépression légère à modérée, un programme d’AP adaptée (APA) mixte (d’endurance et de renforcement musculaire) sur 3 mois est aussi efficace qu’un traitement médicamenteux ou une psychothérapie sur les symptômes dépressifs, sur le taux de rémissions et sur le taux de récidives à 6 mois." (2)

 

Bouger pour sa santé "mentale"


Le burn-out ça parle à tout le monde, et bien la pratique d'une activité physique régulière a un effet positif pour réduire l'épuisement professionnel


"Il a été démontré auprès de populations cliniques que l’activité physique était associée à des changements psychologiques et cognitifs positifs, ainsi qu’à une réduction des symptômes dépressifs, anxieux et de l’épuisement professionnel (burnout) (4)"


Activité d'endurance = effet similaire à un antidépresseur sur la dépression sévère (3)



Tous concernés,


"Quelques études longitudinales suggèrent un effet protecteur de l’activité physique sur l’apparition des symptômes anxieux et dépressifs tant chez les adolescents et les adultes qu’auprès des personnes âgées. L’activité physique joue donc un rôle dans la prévention de certains troubles mentaux courants. (4)"


Que faire comme activité physique et à quelle intensité ?


Étape 1 : Avoir en tête le plaisir, l'envie de pratiquer, le loisir est important.


Étape 2 : Dès lors que l'on augmente son niveau d'activité physique de quelques minutes par exemple, elle débute son rôle de protecteur.


Étape 3 : Développer une motivation intrinsèque ( je le fais pour moi) et non pour réagir à une pression sociale, un dictat...


Étape 4 : Pratiquer en groupe serait protecteur, limiterait l'abandon de la pratique, le contexte social est important

 

En d'autres termes,


Le principe général est de créer des environnements favorables aux développement des pratiques, dans un but de plaisir d'être ensemble, pour des effets positifs sur la santé mentale des personnes ciblées.

Une démarche que prône Modactif dans son accompagnement à travers les ateliers de sensibilisation et l'écriture d'une feuille de route pour accompagner les entreprises sur leurs stratégies orientées vers le mouvements de leurs salarié(e)s mais également sur la lutte contre les comportements sédentaires.



A très vite.


Charles.




(1)SYNTHÈSE DU BILAN DE LA FEUILLE DE ROUTE — santé mentale et psychiatrie — mars 2023

(3) BlumentHal, J. a., m. a. babyaK, K. a. mOOre, w. e. CraigHead, s. Herman, p. KHatri, r. waugH, m. a. napOlitanO, l. m. FOrman et m. appelbaum (1999). « Effects of exercise training on older patients with major depression », Archives of Internal Medicine, vol. 159, n° 19, p. 2349-2356





16 vues0 commentaire
bottom of page